Hebdo des socialistes n°453, l'invité de la semaine: Olivier DUSSOPT

Publié le par PS Annonay

L'hebdo des socialistes 453

Olivier Dussopt, plus jeune député de l’Assemblée Nationale

Son premier engagement, Olivier Dussopt l’a connu en 1993, contre le contrat d’insertion professionnel (CIP) de Balladur : « J’étais en classe de troisième et j’ai mis mon collège en grève !» se souvient celui qui vient d’être élu dans la deuxième circonscription de l’Ardèche, devenant ainsi, à 28 ans, le plus jeune député de la nouvelle Assemblée.

Né en 1978 à Annonay, de parents ouvriers, diplômé de Sciences Po Grenoble, Olivier Dussopt adhère en 2000 au Parti socialiste. Secrétaire de la section d’Annonay en 2001, numéro deux de la fédération ardéchoise, aux côtés d’Hervé Saulignac, depuis 2003, un temps responsable départemental du MJS, Olivier occupe différents postes de chargé de mission au conseil général de l’Ardèche, avant d’être un proche collaborateur du sénateur Michel Teston. Candidat aux régionales en 2004, il n’est pas élu mais rejoint la région Rhône-Alpes dès 2006, à la faveur d’une démission, devenant alors déjà le plus jeune él de l’assemblée.

Ce qui a motivé ce spécialiste en économie et développement local à se porter candidat aux élections législatives fut le fait de pouvoir s’appuyer sur une base solide de militants, l’expérience acquise auprès de Michel Teston, et sa proximité avec Pascal Terrasse, député et président du conseil général de l’Ardèche, et avec Benoît Hamon, dont il partage les idées. Après une campagne qui s’est voulue très collective, Olivier Dussopt a été élu sur un message de clarté et de rassemblement : « Faites le choix de l’efficacité !»

Celui qui revendique être « un député militant mais avant tout un militant qui est devenu député » est fier d’avoir fait gagner la gauche sur une terre traditionnellement de droite. Avec sa suppléante, Michèle Victory, il compte bien veiller aux intérêts du département : défense des services publics en zone rurale
(notamment la desserte en haut débit des terres montagneuses) et développement de mécanismes de solidarité entre les territoires. Au niveau national, Olivier Dussopt pense qu’il faut répondre aux questions de fond sur l’identité du Parti, ses objectifs, et les moyens d’y parvenir : « Nous avons avant tout une maison à reconstruire, ensuite on se posera la question de son gardien. »
Celui qui peine encore à trouver son chemin dans les couloirs du Palais-Bourbon souhaite avant toute chose « laisser le souvenir de quelqu’un qui bosse, et pas seulement du plus jeune de l’Assemblée ». Tout est dit.

Sophie Dulibeau
 

Publié dans Actualité nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article