Un milliard d'êtres humains souffrent de la faim

Publié le par PS Annonay

Alors que des crises multiples frappent le monde entier, les plus pauvres et les plus vulnérables méritent que nous leur consacrions une attention particulière. En période de récession, ceux qui sont frappés les premiers, et le plus durement, sont les pauvres. Selon des estimations récentes, la crise économique mondiale a fait disparaître au moins 50 millions d'emplois cette année. Près de 100 millions de personnes pourraient tomber sous le seuil de pauvreté en 2009. 

L'objet de la Journée mondiale de l'alimentation, proclamée en 1979 par la Conférence de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), est de faire mieux connaître les problèmes alimentaires dans le monde et de renforcer la solidarité dans la lutte contre la faim, la malnutrition et la pauvreté.  
Sachant que 25% de la nourriture produite dans le monde est jetée, sans avoir été consommée.
Le déficit budgétaire global lié au gaspillage alimentaire est évalué à 1,4 milliards d'euros par an. 

null


Alors que la Journée mondiale de l'alimentation a eu lieu ce vendredi, le seuil symbolique du milliard d'affamés a été franchi cette année, soit une personne sur six dans le monde. « C'est le double d'il y a trente ans », s'inquiète François Danel, directeur général d'Action contre la faim (ACF). Deux facteurs majeurs sont en cause, selon lui: «la crise économique et le réchauffement climatique», auxquels s'ajoute «l'augmentation considérable de la population dans des zones qui étaient déjà fragiles, comme l'Inde».


Selon un rapport publié mercredi par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM), l'Asie et le Pacifique sont les plus touchés, avec 642 millions de personnes souffrant de faim chronique, suivis de l'Afrique subsaharienne (265 millions). Les pays développés ne sont pas épargnés non plus: 15 millions de personnes sont touchées par ce fléau.

«Le problème de l'insécurité alimentaire» est «d'abord une question de mobilisation au plus haut niveau politique pour que les ressources financières nécessaires soient disponibles, estime Jacques Diouf, directeur général de la FAO. Chaque année, les soutiens à l'agriculture des pays de l'OCDE atteignent 365 milliards de dollars et les dépenses d'armement 1 340 milliards

L'économiste américain Jeffrey Sachs recommande, lui, le «triplement des investissements» dans le monde pour l'agriculture et la sécurité alimentaire, et prône un accroissement de l'aide envers les petites exploitations agricoles africaines afin de passer «d'une économie de subsistance à une économie commerciale durable». Car le paradoxe est que «70% des personnes qui souffrent de faim sont des paysans», selon François Danel. De leur côté, les huit pays les plus industrialisés (G8), réunis à L'Aquila (Italie) en juillet, se sont engagés à mobiliser 20 milliards de dollars sur trois ans pour lutter contre la faim dans le monde. « Reste à voir si ces promesses seront tenues », avertit ACF.

 

A l’occasion du 17 octobre, journée mondiale de lutte contre la misère, le parti socialiste demande un vrai engagement politique et financier pour agir contre la pauvreté

Publié dans Actualité nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article